FANDOM



Autoroute A3 Autoroute
Généralités · Itinéraire · Historique · Futur · Ancien numéro ou projet · Aires · Trafic · Gestionnaire · Homonymie


A3 Romainville 1990.JPG

L'A3 à Romainville en 1990.
© Claude ABRON / Institut d'Aménagement et d'Urbanisme Île-de-France

Description

  • L'idée de créer une deuxième arrivée de l'autoroute du Nord sur la région parisienne date du début des années 40. En 1944, l'administration valide le principe d'une antenne dite "de Bagnolet", se détachant au niveau de l'aéroport du Bourget. Le projet prévoit la construction d'une autoroute à 2x2 voies entre Le Blanc-Mesnil et le Pont de Bondy, se poursuivant vers la porte de Bagnolet par une "grande voie urbaine", avenue large avec carrefours à niveau et contre-allées pour le trafic local. Pour fixer les idées, cette avenue est présentée comme l'équivalent de l'avenue de Neuilly en banlieue Ouest. Elle devait se prolonger dans Paris, d'une part vers la place de la République par la voirie existante et d'autre part vers la place de la Bastille par élargissement à 40 mètres de la rue de Charonne. L'antenne de Bagnolet est soumise à enquête publique à la fin de 1947 en même temps que l'antenne de Saint Denis (l'A1 actuelle). Elle est inscrite dans le plan routier de la Région Parisienne approuvé par le Ministère des Travaux Publics le 23 mai 1951 et dans le Projet d'Aménagement de la Région Parisienne (PARP) publié en 1956.
  • Ce premier projet n'est pas mis à exécution, sans doute pour des raisons budgétaires, vu la priorité accordée alors à la reconstruction. Il est repris et complété à la fin des années 50 pour faire face au développement important de l'urbanisation en banlieue Est. Le principe d'une avenue large avec carrefours à niveaux est abandonné au profit d'une voie à deux chaussées dénivelées entre la rocade périphérique de Paris et Bondy et on prévoit une nouvelle voie autoroutière dans le prolongement de l'Antenne de Bagnolet, entre Rosny-sous-Bois et la RISO (future A87) à Neuilly-sur-Marne. Dans le PADOG 1960, l'ensemble devient la "Voie express Nord-Est". En 1963, l'arrêté fixant la nomenclature des autoroutes donne l'appellation A3 à l'axe Porte de Bagnolet – Neuilly-sur-Marne, alors que la liaison Rosny-sous-Bois – Le Blanc-Mesnil devient la branche B3. En 1965, le SDAURP prévoit que l'A3 sera prolongée jusqu'à Champs-sur-Marne pour assurer la desserte de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée et la liaison avec l'autoroute A4. Il précise qu'elle "constitue une voie radiale reliant entre elles les trois ceintures autoroutières de rocade (boulevard périphérique, rocade de banlieue, autoroute interurbaine de Seine-et-Oise) et assurant la pénétration dans la zone agglomérée de l'autoroute du Nord (A1) et de l'autoroute de l'Est (A4). Sa principale fonction est de drainer le trafic de la banlieue Est".
  • La construction de l'autoroute A3 commence par la section Paris – Villemomble. L'échangeur avec le Boulevard Périphérique donne lieu à la construction d'un "complexe d'échanges" à la Porte de Bagnolet, intégrant au milieu des bretelles autoroutières un parking d'intérêt régional, une station de métro et une gare routière RATP, le tout compatible avec un futur prolongement en viaduc dans Paris. Ce complexe nécessite la construction de 21 ouvrages d'art en béton précontraint, pour la plupart biais ou courbes et à largeur variable, représentant une longueur totale de 2300 mètres. Les travaux de terrassement commencent au printemps 1964 et l'autoroute est mise en service le 1er décembre 1969, en même temps que la section Porte de Montreuil – Porte du Pré-Saint-Gervais du Boulevard Périphérique et que la déviation de Rosny-sous-Bois, sur l'A86.
  • L'autoroute B3 est réalisée en 2 sections. La section B3 Sud, de Rosny-sous-Bois au canal de l'Ourcq à Bondy, est construite entièrement en viaduc. L'entreprise Campenon Bernard emporte l'appel d'offres avec une solution en béton précontraint, à base de voussoirs préfabriqués posés par encorbellement. Le chantier démarre en janvier 1971 et dure un peu plus de 3 ans. Quant à la section B3 Nord, de Bondy à l'A1 au niveau de Gonesse, elle aurait dû être construite en 24 mois à partir du deuxième semestre 1973 mais, suite à une intervention pressante d'Aéroport de Paris au plus haut niveau de l'Etat, le planning de construction est accéléré pour qu'elle soit livrée en même temps que le nouvel aéroport de Roissy début 1974. Le marché est passé en urgence le 16 juillet 1973 et une première chaussée est livrée le 14 juin 1974. La mise en service provisoire de l'autoroute B3, sections Nord et Sud confondues, intervient une semaine plus tard, le 21 juin 1974, sur la seule chaussée Ouest ouverte à double sens. La chaussée Est et les échangeurs intermédiaires sont mis en service le 29 octobre 1974.
  • Le tracé de la section de 3,5 km du prolongement de l'A3 entre Rosny-sous-Bois et Neuilly-sur-Marne a été étudié depuis la fin des années 50. Il devait suivre la limite des communes de Villemomble et Neuilly-Plaisance, sur le flanc Nord du plateau d'Avron, dans un secteur très faiblement construit à l'époque. Sa construction, nécessaire pour la desserte de la grande banlieue en rive droite de la Marne jusqu'à Chelles et Lagny, était programmée après celle de B3. Dans le programme duodécennal de 1962, on en parle pour la période 1970-1974. Le SDAURP de 1965 la prolonge jusqu'à l'A4 à la limite entre Noisy-le-Grand et Champs-sur-Marne. Dans les discussions des années 1968-69, elle est classée numéro 3 dans l'ordre des priorités pour la desserte de la ville nouvelle, après le tronçon Saint Maurice – Villiers-sur-Marne de l'A4, à construire d'urgence, et la partie Est de l'A17, entre Rosny-sous-Bois et Noisy-le-Grand, annoncée pour 1975. On évoque une mise en service vers 1980. Surviennent alors les deux chocs pétroliers de 1974 et 1979, le net ralentissement de la croissance, la diminution des budgets consacrés aux routes, etc. et le projet est repoussé d'au moins 10 ans. Au début des années 80, on envisage d'utiliser les emprises de l'A3 pour construire, en première phase, une voie de liaison entre la RN34 à Neuilly-sur-Marne et la VPN de Marne-la-Vallée (future A199) mais le projet ne parvient pas à être financé.
  • Histoire "récente" :
    • En 1982, la refonte de la nomenclature des autoroutes entérine le rôle prépondérant de la liaison A1BP : l'ancienne B3 est rattachée à l'A3 et la bretelle vers Villemomble devient A103.
    • Dans la décennie suivante quelques aménagements localisés sont réalisés sur l'A3 :
      • Elargissement à 4 voies de la chaussée Nord entre Rosny-sous-Bois et Romainville pour compenser le report de l'achèvement de l'A186 (ex-B86) à Montreuil ;
      • Réorganisation du nœud autoroutier de Rosny-sous-Bois, à l'occasion du bouclage du contournement Est de Paris par l'A86 ;
      • Prolongement le long de l'A1, de Gonesse à Roissy.
    • Quant à l'A103, son prolongement est régulièrement repoussé sans toutefois être formellement abandonné, contrairement aux autres projets convergeant vers l'A4 à Noisy-le-Grand (A87 depuis A3 à Neuilly-sur-Marne et B86 depuis A86 à Rosny-sous-Bois) qui sont abandonnés officiellement en 1984. Par décret pris in extremis entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2002 et publié au JO du 28 avril, Jean-Claude Gayssot, le Ministre de l'Equipement, du Logement et des Transports, ouvrait bien une procédure partielle de révision du SDRIF "en vue de tirer les conséquences de l'abandon (…) de l'autoroute A103", mais ce décret était abrogé par son successeur Gilles de Robien quelques mois plus tard. Dans le projet de SDRIF 2008, le nom A103 a disparu mais le tracé subsiste : il figure désormais sous la forme d'un "transport collectif en site propre sur voirie". Toute la question est de savoir de quel type de voirie il s'agira...
  • Le lecteur désireux de connaître tous les détails de l'histoire de l'autoroute A3 et de ses antennes (A103 et A186) est invité à se référer à l'article suivant :

Déclarations d'Utilité Publique

Sections directement aux normes autoroutières

Diffuseurs

  • À compléter

Élargissements

  • À compléter

Tableau des DUP

Section 1962 1965 1967 1968 1970 1971 1976
Paris-Porte de Bagnolet (BP) - Rosny-sous-Bois (A103) + A103 26/03
Lien
31/03
Lien
Rosny-sous-Bois (A103) - Bondy [3] 08/10
Lien1
Lien2
20/11
Lien1
Lien2
Bondy [3] - Gonesse (A104) 26/06
Lien
Gonesse (A104) - Roissy-en-France (A1-Nord) 11/08
Lien
12/08
Lien
Légende des couleurs
Vert DUP initiale (ou nouvelle DUP après expiration) de section autoroutière en tracé neuf
Vert clair DUP de réaménagement d'une section autoroutière en service (élargissement, seconde chaussée)
Bleu DUP de mise aux normes autoroutières d'une section en service
Bleu clair DUP de classement autoroutier d'une section en construction
Bleu ciel Renouvellement d'une DUP autoroutière
Violet DUP avec des sections neuves et des sections mises aux normes autoroutières
Jaune Prorogation d'une DUP autoroutière
Jaune clair Prorogation tardive d'une DUP (après mise en service)
Orange Modification d'une DUP en cours
Rouge Déclassement d'une section autoroutière en service
Rouge clair Déclassement d'un projet autoroutier, ou DUP d'une section non autoroutière (ou classée à une date inconnue)
Gris clair DUP (ou dernière prorogation) sans suite d'un projet autoroutier (entre parenthèses, l'année d'expiration)
Noir Annulation d'une DUP
Les modifications mineures de DUP (concession sans modification de tracé, caractère urgent ajouté) n'apparaissent pas dans le tableau

Mises en service

Sections directement aux normes autoroutières

  • 01 12 1969[1] : Section Paris-Porte de Bagnolet - Rosny-sous-Bois (Boulevard Périphérique de Paris - A103)
  • 21 06 1974[2] : Section Rosny-sous-Bois - Bondy (A103 - sortie 3)
  • 21 06 1974[2] : Section Bondy - Aulnay-sous-Bois (sortie 3 - A1), (première chaussée, hors diffuseurs)
  • 29 10 1974[3] : Section Bondy - Aulnay-sous-Bois (sortie 3 - A1), (seconde chaussée et diffuseurs)
  • xx 09 1980 : Section Aulnay-sous-Bois - Gonesse (A1-Sud - A104)
  • xx 03 1991 : Section Gonesse - Roissy-en-France (A104 - A1-Nord)

Diffuseurs

  • xx xx 1987 : Demi-diffuseur de Noisy-le-Sec[4]
  • xx xx 1987 : Diffuseur de Roissy-en-France (D902A (95)), (quart-diffuseur depuis Paris vers Paris Nord 2)
  • xx xx 1992 : Diffuseur de Roissy-en-France (D902A (95)), (réaménagement et bretelles complémentaires)
  • xx 01 1987 : Demi-diffuseur de Noisy-le-Sec (sortie 3), (dénivellation du débouché au carrefour de la Place Saint-Just)

Élargissements

  • xx 08 1983 : Section Noisy-le-Sec - Romainville (A86 - sortie 3), (élargissement à 4 voies, sens Province - Paris)
  • xx 10 1998 : Tronc commun avec l'A86, (élargissement à 2x5 voies)
  • xx xx 2006 : Section Aulnay-sous-Bois - Gonesse (A1-Sud - A104), (élargissement à 5 voies, sens Province - Paris)

Ancien numéro

  • Section A103 - A1 : de 1974 à 1982 sous le nom de B3

Légende

Voir aussi

Sites SARA

Liens externes

Notes et reférences

  1. à 14 heures.
  2. 2,0 et 2,1 à 17 heures 30.
  3. à 10 heures.
  4. Nouvelles bretelles RN186 vers Paris et Paris vers D116 (93), créées dans le cadre de la réorganisation de l'échangeur A3xA86xA103.


Autoroute A3 Autoroute
Généralités · Itinéraire · Historique · Futur · Ancien numéro ou projet · Aires · Trafic · Gestionnaire · Homonymie

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard