Fandom

WikiSara

Autoroute française A9 (Projet)

9 712pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion7 Partager


Autoroute A9 Autoroute
Généralités · Itinéraire · Historique · Projet · Ancien numéro ou projet · Aires · Trafic · Radio · Concessionnaire · Péage · Homonymie


Autoroute A9 (Projet)
Contournement Sud de Montpellier
Localisation
PaysFrance
RégionOccitanie
Exploitation
ConcessionOui
ConcessionnaireASF
Caractéristiques principales
ItinéraireSaint-Jean-de-Védas - Baillargues.
Longueur23 km dont 12 km en tracé neuf
Historique
Premières études1985
Ouverture prévue2017

Présentation

  • Le dédoublement de l'A9 au niveau de Montpellier, anciennement dénommée A9Bis ou encore A700, est une infrastructure en projet au Sud de Montpellier qui consistera à séparer le trafic de transit du trafic local. Cet axe sera en fait composé de deux autoroutes :
    • l'A709 est réservée au trafic local, elle sera constituée de chaussées neuves entourant l'actuelle A9 au deux extrémités du projet, et du tracé actuel de l'A9 inchangé entre le diffuseur de Saint-Jean-de-Védas et de Vendargues.
    • l'A9 est réservée au trafic de transit. Elle reprend le tracé de l'A9 actuelle aux 2 extrémités du projet, et un tracé neuf plus éloigné de Montpellier est construit entre le diffuseur de Saint-Jean-de-Védas et celui de Vendargues.
  • Concédé aux ASF depuis le 1er mars 2002, le contournement accueillera en système fermé les véhicules désirant contourner l'agglomération. De son côté, l'autoroute A709 sera concédée aux ASF, d'accès gratuit et elle sera réservée au trafic local. Elle pourrait être à terme déclassée et reversée dans le patrimoine des collectivités locales.
  • Le coût global du projet de dédoublement est estimé à 680 M€, intégralement financé par les ASF.
  • L’autoroute A9, mise en service en 1967, passée à 2x2 voies en 1970, puis à 2x3 voies en 1990, canalise aujourd’hui à la fois un important trafic de transit et un important trafic local. En semaine, elle est fréquentée quotidiennement par plus de 50.000 véhicules (110.000 au droit de Montpellier), dont plus de 10.000 poids lourds. De plus, la progression annuelle de circulation sur l'A9 se situe à 3 % en moyenne et à 40 % sur l'intervalle 1990-2005. En raison de ses caractéristiques (gratuité, échangeurs dénivelés), elle est un axe privilégié pour la desserte urbaine interne à une agglomération de Montpellier en forte croissance (plus de 1.000 habitants par mois). De fait, elle présente de très graves signes de saturation aux heures de pointe et lors des migrations estivales.
  • En séparant les trafics, le dédoublement de l'A9 offrira de multiples avantages pour ses utilisateurs. En plus de l'amélioration des conditions de circulation sur l'agglomération montpelliéraine, plusieurs projets complémentaires comme les contournements Est et Ouest de Montpellier, ainsi que le LIEN, pourront être engagés et/ou achevés.
  • Afin de limiter l'emprise foncière, la nouvelle portion d'autoroute sera accolée sur environ 5 kilomètres à la future ligne à grande vitesse (LGV) que Réseau Ferré de France (RFF) prévoit à l'horizon 2017. Cette coopération qui limite les nuisances aura pour but de synchroniser les procédures, notamment pour les expropriations et les études d'impact qui seront communes aux deux infrastructures. Elle doit permettre de réduire les coûts à défaut de gagner du temps car les deux projets se retardent l'un l'autre depuis plus d'une décennie.
  • Les opposants au projet font valoir l'impact néfaste du projet sur l'environnement et la coupure urbaine générée par deux autoroutes et une ligne à grande vitesse dans des espaces où l'urbanisation s'est considérablement développée (alors que les fuseaux de passage étaient connus). De fait, la commission d'enquête a rendu un avis défavorable le 27 mars 2006 sur le projet, considérant que toutes les solutions envisageables pour ce dédoublement n'avaient pas été étudiées. Dans son rapport, la commission a toutefois conclu qu'il était « impérieux d'apporter une solution à une situation à la fois dangereuse pour les usagers de l'autoroute et néfaste aux intérêts économiques locaux et nationaux ». Sur cette base, le ministre des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer, a demandé, à l'été 2006, que l'ensemble des solutions alternatives soient évaluées. Un bureau d'études extérieur, après avoir expertisé toutes les propositions évoquées par la commission d'enquête, a conclu que le projet qui avait été soumis à l'enquête publique constituait la meilleure solution à condition de l'optimiser à l'Est et à l'Ouest en réalisant des voies collectrices, tout en restant dans le fuseau soumis à l'enquête publique.
  • De mars à juillet 2009, une nouvelle étude a été commanditée par le Ministère : elle laissait le choix entre la création d'une autoroute purement coaxiale à 2x(2+2) voies (2 voies de transit et 2 voies réservées au trafic local) et la création d'une autoroute en site propre à 2x2 voies dans le fuseau déclaré d'utilité publique. Les experts du Conseil Départemental de l’Écologie et du Développement Durable ont conclu à l'inadaptation des deux projets. Suivant leurs recommandations, le ministère a proposé en juillet 2009 d'adopter une solution de dédoublement courte entre les futures Rocade Est et Rocade Ouest de Montpellier, sous réserve que les aménagements des sorties en cours se révèlent insuffisants. Un bilan a été effectué au printemps 2010 qui a conclu à leur inefficacité et le Ministère a réalisé une nouvelle concertation à l'été 2011.
  • Le projet de doublement de l'A9 est inscrit au Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) en 2010 mais ses fonctionnalités ne sont toujours pas arrêtés. Début 2011, la quasi-unanimité des élus de l'agglomération de Montpellier interpelle le ministre des transports pour que le contournement long (Vendargues - Saint-Jean-de-Védas) soit réalisé, conformément à la Déclaration d'Utilité Publique. En visite à Montpellier fin septembre 2011, le ministre des transports est finalement allé dans ce sens alors que les concertations menées au cours des mois et des années précédentes tendaient à privilégier un tracé de doublement court.
  • En parallèle de la construction de la nouvelle autoroute, il devient urgent de réaménager les bretelles de l'autoroute actuelle. Sous-dimensionnées et aboutissant sur d'immenses giratoires inappropriés, leur configuration génère de multiples et dangereuses remontées de files en heures de pointe sur l'A9. La solution retenue après deux années de réflexion est un aménagement trop modeste consistant en un élargissement des giratoires et de leurs bretelles d'accès, avec parfois la création de bretelles directes. Mis en œuvre au cours de l'année 2009, sa portée s'est immanquablement révélée limitée compte-tenu de l'accroissement régulier du trafic et de l'inadaptation des ronds-points. De très dangereuses remontées de files perdurent donc en heures de pointes sur l'A9. Des accès supplémentaires pourraient être rapidement créés pour soulager les points d'échanges actuels.
  • Du point de vue du calendrier, la poursuite des études a reporté le prochain démarrage des travaux. Or la concession prévoit un délai de 6 ans entre la déclaration d'utilité publique et la mise en service. De fait, la nouvelle autoroute ne sera pas mise en service avant 2017. Rien n'est cependant prévu à ce jour pour supprimer les giratoires bloquants aux sorties de l'actuelle autoroute A9.
  • L'annonce définitive de la construction de la nouvelle autoroute s'accompagne d'une réduction des vitesses pratiquées sur l'axe actuel. Dès 2014, la vitesse devrait être limitée de façon permanente à 90 km/h sur l'actuelle A9, en raison des contraintes de chantier.

Localisation

Chargement de la carte...
Légende de la carte
En bleu Tracé de l'A9 réservée au trafic de transit.
En vert Tracé de l'A709 réservée à la desserte urbaine.
Pour plus d'informations sur les sources cartographiques, consulter cet article.
La carte ne s'affiche pas ? Merci d'éditer l'article et de le sauvegarder sans aucune modification.

Description

Tracé A9a - A9b Montpellier.jpg

Tracé de l'A9 de transit (en orange) et de l'A709 de desserte locale (en bleu).
© VINCI Autoroutes / ASF

  • Le projet du dédoublement de l'A9 à 2x3 voies se situe au Sud de l'autoroute actuelle et de l'agglomération montpelliéraine entre Vendargues et Saint-Jean-de-Védas.
  • Le dédoublement de l'A9 traversera successivement les communes de Lunel-Viel, Saint-Géniès-des-Mourgues, Valergues, Saint-Brès, Castries, Baillargues, Vendargues, Saint-Aunès, Mauguio, Montpellier, Lattes, Saint-Jean-de-Védas et Fabrègues.
  • Le tracé est constitué de trois sections :
    • Section est : de l'échangeur de Vendargues aux Garrigues (croisement de l'A9 avec la D24), la nouvelle autoroute s'insèrera au milieu de l'actuelle de façon coaxiale. De part et d'autre, des voies latérales seront dévolues au trafic local et plusieurs échangeurs seront créés.
    • Section centrale : des Garrigues jusqu'à l'échangeur de Montpellier-Sud, le tracé s'éloigne de l'A9 actuelle pour venir s'accoler à la future ligne ferroviaire à grande vitesse (contournement de Nîmes et Montpellier). Ce choix est dicté par la forte urbanisation du secteur et la présence d'emprises réservées pour la voie ferrée.
    • Section ouest : jusqu'à Saint-Jean-de-Védas, la nouvelle autoroute s'insèrera au milieu de l'actuelle de façon coaxiale. De part et d'autre, des voies latérales seront dévolues au trafic local et plusieurs échangeurs seront créés.
  • Une conséquence directe de la solution retenue est la suppression des barrières de péage de Gallargues et Saint-Jean-de-Védas pour le trafic de transit, la première étant appelée à être détruite. Deux points noirs en termes de bouchons et d'accidentologie vont ainsi disparaître. Il existera ainsi une continuité du système de péage fermé entre Lyon, Toulouse et Le Boulou. En conséquence, les diffuseurs de Gallargues et de Lunel passeront en système fermé (leur configuration le permet très facilement). Une nouvelle barrière de péage en pleine voie sera construite au Nord de Baillargues pour les seuls automobilistes désirant de rendre dans l'agglomération de Montpellier via l'A9 délaissée. La barrière de péage de Saint-Jean-de-Védas sera fortement remaniée dans le même objectif de servir uniquement de point d'entrée à l'agglomération de Montpellier.

Les différentes alternatives

A9 - Fuseau d'études.jpg

Fuseau d'études de l'autoroute A9 pour le nouveau Contournement Sud de Montpellier.

  • Le projet déclaré d'utilité publique (validé définitivement en septembre 2011) : Il comporte 23 km de voies nouvelles avec une 2x3 voies entre Saint-Jean-de-Védas et Baillargues, sans péage. Son tracé est couplé au maximum avec le contournement LGV de Montpellier afin de minimiser l'impact environnemental. Il devrait être mis en service vers 2017. La section existante assurerait un rôle de rocade sud pour l'agglomération montpelliéraine.
  • Le projet alternatif (proposé officiellement entre juillet 2009 et septembre 2011) : Issu du projet de l'enquête publique, il forme une variante moins longue, à savoir un doublement stricto sensu de l'A9 suivant une bande sud qui irait de la future déviation est, près du Zénith, à l'actuel péage de Saint-Jean-de-Védas. Cette option réduit donc de moitié le projet initial qui allait jusqu'à Baillargues. Mesurant 12 kilomètres et conçue à 2x2 voies (modulables à 2x3 voies les jours de pointe) entre Mauguio et la barrière de péage de Saint-Jean-de-Védas, cette variante a été proposée après une ultime étude commandée au cabinet parisien Environnement Routes Aménagements (Era), portant sur une centaine de critères (trafic, environnement...). Considérée comme "la moins pénalisante" sur ces critères flous, cette solution permettait de séparer les flux routiers entre le trafic local - qui serait resté sur l'actuelle autoroute - et le trafic longue distance - qui aurait emprunté la nouvelle portion. Il était également prévu de passer à 2x4 voies l'autoroute actuelle entre l'échangeur de Vendargues (LIEN) et le futur Contournement Est de Montpellier. Son défaut majeur était de remettre en cause partiellement la Déclaration d'Utilité Publique de 2005, ce qui retardait à nouveau la réalisation du doublement d'au moins 5 à 6 ans.
  • L'élargissement à 2x4 voies de l'autoroute actuelle, dont deux réservées au trafic local et deux au trafic de transit (porté par des opposants au projet) : D'un coût apparemment plus réduit (400 M€, chiffre non confirmé), elle ne répondait pas correctement à la problématique de désengorgement de l'A9 à long terme. De plus, les travaux risquaient de prendre énormément de retard car il fallait reprendre totalement la procédure d'enquête publique à cause du changement de fuseau. De plus, la construction d'une quatrième voie risquait de pénaliser pendant de longues années un trafic déjà très chargé.
  • Le projet Sesam (système d'échanges au sud de l'agglomération de Montpellier) : Projet défendu par la Direction Régionale de l’Équipement au début des années 2000, cette solution par le sud qui consistait à créer une nouvelle autoroute à 2x3 voies pour « assurer une continuité autoroutière au droit de Montpellier », tout en aménageant l'actuelle en une véritable rocade sud. Les deux infrastructures auraient alors été totalement disjointes.
  • Le projet par le Nord : Ce projet était défendu dans les années 1980 par la ville et l'agglomération de Montpellier. Il était envisagé un tracé en forme d'arc qui, au départ de Vérargues, passerait sous Les Matelles, entre Montarnaud et Bel-Air, pour aller se raccorder à l'actuelle A9 vers Loupian. Cette perspective désengorgeait le Sud, améliorait la desserte du Nord mais était, de loin, la plus exigeante sur le plan financier. Il n'y a pas eu d'études approfondies alors qu'un tel projet était compatible avec le projet d'autoroute de liaison entre Narbonne, Valence et Lyon (A79) par les Cévennes. L'idée a cependant été reprise par la construction du LIEN dont les caractéristiques trop médiocres ne permettent pas un report du trafic.
  • Le projet du débat public Bianco : cette solution datant de 1994 évoquait « un élargissement bilatéral in situ entre les portes est et ouest ». A la suite d'un débat public, deux hypothèses étaient esquissées : la solution de deux autoroutes accolées A9/A700) (actuelles A9 et A709) et le passage de la plate-forme de 2x3 à 2x6 voies. Si les projets ont varié depuis, la nécessité de séparer les trafics locaux et de transit était déjà identifiée.

Historique

  • 18 décembre 1967 : Mise en service de l'autoroute A9 au Sud de Montpellier.
  • 5 décembre 1985 : Décision ministérielle lançant les réflexions sur un grand contournement de Montpellier face à l'augmentation du trafic sur l'A9.
  • 1988 : Élargissement à 2x3 voies de la section entre Saint-Jean-de-Védas et Vendargues, en raison de l'augmentation rapide du trafic.
  • 8 août 1989 : Démarrage des études préliminaires.
  • 8 juin 1990 : Arrêté préfectoral délimitant le périmètre d'études des variantes du projet.
  • 21 janvier 1992 : Décision ministérielle arrêtant le principe du dédoublement de l'A9 à 2x3 voies.
  • Avril 1994 : Débat public local sur l'opportunité du projet de doublement qui tranche en faveur d'un contournement de Montpellier.
  • 1995 : Mise en service de l'échangeur du Rondelet, dénommé officiellement Montpellier-Sud (sortie n°31).
  • 24 octobre 1995 : Décision ministérielle fixant le cahier des charges des études d'Avant-Projet-Sommaire (APS).
  • 1999 : Concertation locale sur les variantes de tracé.
  • 1er mars 2002 : Décret en Conseil d'Etat confiant par avenant à ASF la concession du projet.
  • 3 mai 2002 : Décision ministérielle approuvant l'APS / Approbation du Dossier de Voirie d'Agglomération (DVA) de Montpellier.
  • 15 juillet 2002 : Arrêté préfectoral délimitant le périmètre d'étude de la solution approuvée.
  • 2003 - 2004 : Concertation des administrations et des collectivités locales, sur la base de l'APS.
  • 21 juillet 2004 : PV de clôture de l'Instruction Mixte à l'Echelon Central (IMEC).
  • 2 août 2004 : Protocole ASF - RFF pour jumeler autoroute et ligne à grande vitesse dans la partie centrale du nouveau contournement de Montpellier.
  • 21 juin 2005 : Limitation de vitesse de l'autoroute A9 à 110 km/h au Sud de Montpellier.
  • 30 juin 2005 : Décision Ministérielle d’approbation de l'APS modificatif qui fixe les conditions de raccordement du projet de dédoublement sur la commune de Baillargues.
  • 25 septembre - 26 novembre 2005 : Enquête préalable à la déclaration d'utilité publique.
  • 27 mars 2006 : Avis défavorable de la commission d'enquête.
  • 25 juillet - 25 novembre 2006 : Appel d'offres du ministre des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer pour évaluer l'ensemble des solutions alternatives.
  • Mars 2007 : Validation du projet soumis à l'enquête publique avec optimisation à l'Est et à l'Ouest par la réalisation de voies collectrices.
  • 30 avril 2007 : Déclaration d'Utilité Publique.
  • Juillet 2007 - Mai 2008 : Études complémentaires sur la base de la solution déclarée d’utilité publique.
  • 3 juillet 2008 : Autorisation préfectorale de fouilles et sondages.
  • 24 novembre – 19 décembre 2008 : Enquête publique parcellaire.
  • Courant 2009 : Travaux visant à accroître la capacité des échangeurs existants sur l'A9.
  • 5 mars 2009 : Annonce de nouvelles études pour arbitrer entre une nouvelle autoroute en site propre réduite à 2x2 voies ou un élargissement de l'autoroute actuelle à 2x4 voies. Les fouilles archéologiques et autres travaux préparatoires sont suspendus.
  • 23 juillet 2009 : Annonce d'étude de solution de dédoublement courte à 2x2 voies entre les échangeurs de Montpellier-Est (Rocade Est) et Montpellier-Ouest (Rocade Ouest). L'autoroute actuelle serait déclassée et transformée en boulevard urbain.
  • 11 juin 2010 : Validation de la solution de dédoublement courte à 2x2 voies et bande d'arrêt d'urgence élargie, l'ancienne autoroute devant être déclassée à terme. Une DUP modificative est nécessaire après une nouvelle enquête publique.
  • 3 décembre 2010 : Rejet définitif par le Conseil d’État de tous les recours contre la DUP de 2007.
  • 7 janvier 2011 : Saisine de la Commission Nationale du Débat Public par le Ministère de l’Écologie.
  • 2 mars 2011 : La Commission Nationale du Débat Public ne retient pas la solution d'un nouveau débat mais recommande une nouvelle concertation alors que le projet est pourtant déclaré d'utilité publique.
  • 12 mai 2011 : Lancement d'une nouvelle concertation par le Secrétaire d’État aux transports.
  • 15 juin - 15 juillet 2011 : Nouvelle concertation qui fait la part belle au doublement court en négligeant les autres alternatives.
  • 30 septembre 2011 : Décision définitive rendue par le ministre des transports Thierry Mariani : 23 km - dont 12 km en tracé entièrement neuf - entre Saint-Jean-de-Védas et Baillargues (option longue).
  • 1 juillet 2012 : Limitation de vitesse dynamique à 90 km/h entre 7h et 9h et entre 17h et 19h.
  • Octobre 2013 : Démarrage des travaux de libération d’emprise et de dévoiement de réseaux.
  • Novembre 2013 : Démarrage des travaux de construction des ouvrages d'art.
  • Janvier 2014 : Démarrage des travaux de terrassements d'une durée prévisionnelle de 18 mois.
  • Courant 2014 : Réduction de la vitesse autorisée à 90 km/h, voire 70 km/h, en raison du chantier de construction de la nouvelle autoroute.
  • 10 mars 2017 : Inauguration de la nouvelle A9 par Bernard Cazeneuve, premier ministre, et Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes.
  • 25 avril 2017 : Mise en service de l'A9 et de l'A709.

Sorties

  • La nouvelle A9 sera réservée au trafic de transit et elle ne comportera aucun échangeur intermédiaire entre ses deux bretelles de connexion à l'autoroute A9 actuelle.
  • L'actuelle A9 au Sud de Montpellier restera d'accès libre et elle sera dénommée A709. Réservée à la desserte locale, elle devrait être équipée des échangeurs suivants :
    • Saint-Brès : échangeur à créer qui sera connecté avec la RN113 (Déviation de Lunel) et à la D610 (Déviation de Castries).
    • Vendargues : échangeur existant mais devant être remanié à l'horizon du projet, sera connecté au LIEN.
    • Contournement Est de Montpellier : échangeur à créer pour offrir un accès direct.
    • Montpellier-Est : échangeur existant probablement remanié à l'horizon du projet pour atténuer les remontées de files.
    • Odysseum : échangeur à créer, évoqué début 2009 au conseil de l'agglomération de Montpellier pour désengorger le précédent et donner un accès direct au centre commercial ainsi qu'à la future gare TGV.
    • Avenue de la Mer : échangeur à créer, régulièrement évoqué pour desservir l'extension de Montpellier vers la mer.
    • Montpellier-Sud : échangeur existant probablement remanié et complété à l'horizon du projet pour atténuer les remontées de files.
    • Contournement Ouest de Montpellier : échangeur à créer pour offrir un accès direct.
    • Saint-Jean-de-Védas : échangeur existant et pouvant devenir libre de péage si l'autoroute A9 passe en système fermé autour de Montpellier.

Documents

Ces documents qui présentent de façon détaillé le projet de doublement de l'autoroute A9 au sud de Montpellier proviennent exclusivement de sources officielles.

Voir aussi

Sites SARA

Sites externes



Autoroute A9 Autoroute
Généralités · Itinéraire · Historique · Projet · Ancien numéro ou projet · Aires · Trafic · Radio · Concessionnaire · Péage · Homonymie

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard