FANDOM


Autoroute B86 (Ancien numéro)
Localisation
PaysFrance
RégionÎle-de-France
Caractéristiques principales
Itinéraire1°) 1967 : La Courneuve (RN2) – Fontenay-sous-Bois (A17)
2°) 1972 : La Courneuve (RN2) – Noisy-le-Grand (A4)
3°) 1976 : Romainville (A3) – Noisy-le-Grand (A4)
ConcessionNon
Historique
AnciennementDRB
Premières études1960
Ouverture1er décembre 1969 (de Romainville à Montreuil)
AbandonTronçon Nord : 1976
Tronçon Est : 1984
Reclassement10 février 1982
RenumérotationA1086 puis A186

Présentation du projet

  • L'autoroute B86 consistait en un projet de dédoublement de l'autoroute A86 entre la route nationale 2 à La Courneuve et l'autoroute A17 à Fontenay-sous-Bois. Après intégration de la partie Est de l'A17, son tracé a été étendu jusqu'à l'échangeur A87 - A4 à Noisy-le-Grand.
  • Son rôle était de faire face, dans un futur lointain, aux insuffisances de capacité de l'autoroute l'A86 identifiées :
    • d'une part, au niveau du viaduc de Noisy-le-Sec - Bondy sur le tronc commun avec l'autoroute B3 ;
    • d'autre part, dans la traversée de Nogent-sur-Marne où, quelle que soit la solution retenue, on ne pourrait faire passer que 2x2 voies et avec un raccordement avec l'A4 orienté uniquement vers l'Ouest.
  • Jusqu'à la parution du SDAURIF de 1976, elle était composée de 2 tronçons disjoints, reliés par un court tronc commun avec l'A3 au niveau du Fort de Noisy à Romainville.
  • Nota : L'appellation B86 a été donnée à l'ancienne DRB, ou Dédoublement de la Rocade de Banlieue, suite à la note du Directeur des Routes du 11 septembre 1967 relative à la nomenclature des autoroutes Cette note n'annulait pas l'arrêté du 25 février 1963 mais indiquait de façon officieuse les numéros à utiliser pour les nouveaux projets. L'autoroute B86 n'y est pas expressément citée mais, la Rocade de Banlieue devenant A86, le nom B86 lui a été attribué par la DDE conformément à la règle de l'époque qui voulait que les bretelles annexes soient désignées successivement par les lettres B, C, F, etc.

Caractéristiques du projet

  • Le tronçon Nord était prévu à 2x3 voies. Il se détachait de l'A86 au Sud du carrefour des Quatre Routes de La Courneuve, traversait Bobigny, franchissait le canal de l'Ourcq au niveau du quartier de la Folie puis longeait le CD40 à Noisy-le-Sec pour rejoindre l'A3 à l'Est du fort.
B86 Nord 1971

1) Tracé de B86 Nord dans le Schéma routier projeté de la Seine Saint Denis en 1971

  • Le tronçon Sud, à 2x2 voies, empruntait la voie de desserte Nord du Grand Ensemble de Fontenay jusqu'à l'A17, qu'il rejoignait à Fontenay dans le vallon des Rieux (avenue Victor Hugo actuelle). Après l'abandon de la partie Ouest de l'A17 à Montreuil, la partie Est sera transférée à la B86 avec une petite correction de tracé pour épargner ce quartier pavillonnaire de Fontenay, la B86 reprenant la V201, voie de 28 mètres à Montreuil située quelques centaines de mètres plus au Nord, pour rejoindre l'extrémité Sud de la déviation de Rosny-sous-Bois (voir le plan ci-dessous). Que ce soit sous le nom A17 ou B86, le tracé entre l'A86 à Rosny-sous-Bois et l'échangeur A87 - A4 à Noisy-le-Grand était celui défini à l'époque de la Rocade de Banlieue, à 2x2 voies, couplé avec le RER dans la traversée de Neuilly-Plaisance.
B86 Sud 1971

2) Tracé de B86 Sud dans le Schéma routier projeté de la Seine Saint Denis en 1971


Historique

  • La voie de desserte Nord du Grand Ensemble de Fontenay-sous-Bois était prévue dans le PADOG de 1960. Il s'agissait à l'époque d'un projet départemental financé par le Conseil Départemental de la Seine, avec des subventions du District de Paris et de l'Etat, au titre de la desserte routière des Grands Ensembles. Elle a été déclarée d'utilité publique le 12 novembre 1965.
  • Les travaux de l'amorce de la première section A3 - CD37 à Montreuil se sont déroulés simultanément à ceux de l'A3. Cependant, la mise en service de ce tronçon a eu lieu seulement en janvier 1974.
  • Le tronçon Nord entre la RN2 et l'A3 a perdu son statut autoroutier lors de la révision du schéma directeur à la suite du premier choc pétrolier de 1974 : le SDAURIF de 1976 (décret 76 577 du 1er juillet 1976) le fait figurer sous la forme d'un simple trait noir : "aménagement local signalé". Il était prévu qu'il devienne une voie de distribution à 2x2 voies avec caractéristiques simplifiées (voir par exemple le projet simplifié de raccordement avec l'A3) tout en conservant un statut de route nationale. Cet "aménagement local signalé" disparaît lors de la révision suivante du SDAURIF (décret 84 370 du 16 mai 1984) à la suite du 2e choc pétrolier de 1979.
  • La partie située à l'Est de l'A86 disparaît également lors de la révision du SDAURIF en 1984.
  • Lors de la réforme de la nomenclature des autoroutes le 10 février 1982 (circulaire 82-26), l'autoroute B86, bien qu'ayant une section déjà en service et une section en projet, n'apparaît pas dans la nouvelle nomenclature et ne figure pas dans la liste des autoroutes ayant changé de numéro alors que toutes les lettres autres de A ne pouvaient plus être utilisées pour désigner une autoroute. Elle était considérée par la Direction des Routes comme une simple "bretelle à statut autoroutier ne comportant pas d'échangeur avant sa jonction avec le reste du réseau" et, de ce fait, n'eut droit qu'à un numéro à 4 chiffres attribué "à des fins essentiellement administratives" : autoroute A1086.
  • Ce classement en simple bretelle de liaison avec le réseau local était une anomalie, puisque la B86 comportait un échangeur avec une route nationale (la RN302) et que d'après le schéma directeur, elle devait être prolongée au moins jusqu'à l'A86. Quelques années plus tard (à ce jour, l'arrêté de classement n'a toujours pas été retrouvé), l'Administration Centrale reconnut son erreur et lui attribua le nom d'autoroute A186.