FANDOM


Présentation

  • Ce tableau a été réalisé en utilisant les manuscrits du projet de 1803, le texte de loi de la nomenclature de 1813, le répertoire de série 2S du département, les cartes Michelin 61, 62, 65 et 66 parues respectivement en 1955 et 1971; 1958 et 1970; 1941; 1939 et 1974, les indications des plaques de cocher et de plaques Michelin sur le terrain et les cartes et nomenclatures actuelles.

Projet de 1803

  • Ce projet fut réalisé par l’Ingénieur Chef LeBrun, le 19 Germinal An 11 de la République Française.
  • Il récapitule l'état et la fonction des chemins principaux en proposant les réparations et une numérotation, qui ne sera en fait suivie qu'en partie lors de la réorganisation de 1813.
  • Le document se présente sous la forme d'un tableau synthétique dans lequel on trouve les désignations, les notices et les observations.
  • Les routes ne sont pas numérotées et parlent souvent d'itinéraires fantaisistes ou qui n'ont jamais été retenus, en particulier pour les Routes Nationales. On considérera que seules les routes de 3ème classe étaient destinées à devenir départementales. Par souci de lecture, nous numéroterons les routes telles qu'elles sont présentées sur le plan annexe à ce tableau.
  • On peut même s'avancer à dire que le travail est plutôt bâclé, l'Ingénieur écrivant très mal et visiblement à la hâte et se défaussant assez régulièrement pour ne pas prendre de responsabilités quant aux itinéraires en se déchargeant régulièrement sur les départements voisins.

Numérotations successives

  • La numérotation de 1813 ne retiendra que 5 RD.
  • Le nombre montera progressivement jusqu'à 15 en 1883, date à laquelle elles seront intégrées, semble-t-il[1], dans le réseau vicinal en tant que Gc, en gardant leur numérotation initiale avec l'adjonction bis
  • On se trouve donc avec un réseau structuré en Gc (Grande communication), Ic (Intérêt commun) et Vo (vicinal ordinaire).
  • En 1933, à l'extension du réseau national, la majorité des RD sont reversées au réseau national.
  • En 1938, la renumérotation s'est faite en transformant les Gc en routes départementales.

Evolution du réseau à partir du projet initial

Projet de 1803 Nomenclature de 1813 Situation entre 1813 et 1883 Réforme de 1883 Réforme de 1933 A partir de 1973
R.D. N°1 de Chaumont par Biesle, Montigny à Bourbonne d'où par Villars elle va joindre celle de Ische par (Fresne?) vers Jussey R.D. N°1 de Chaumont à Bourbonne R.D. N°1 de Chaumont à Fresnes-sur-Apance Gc1bis N417 D417
R.D. N°2 communication de la Route N°10 de Paris à Strasbourg commençant à Saint-Dizier, d'où par Wassy, Dommartin-le-Franc, Doulevant-le-Château et Blaise elle rejoint à Colombey celle N°11 de Paris à Bâle. R.D. N°2 de Saint-Dizier à Colombey-les-Deux-Eglises R.D. N°2 de Saint-Dizier à Colombey-les-Deux-Eglises Gc2bis D2 D2
R.D. de Bar-sur-Aube remontant jusqu'aux sources de la [rivière?] d'Aube, par [la Ferti?] [?], Montigny, [illisible?] et Dijon[2] / R.D. N°6 de Vitry-le-François à Dijon[3] Gc6bis N396 D396
R.D. N°3 branche de la précédente passant de Clervaux à Longchamp, Château-Villain, Arc-en-Barrois. / / Gc6 D6 D6
R.D. N°4 embranchement sur la Route N°1 de Chaumont à Bourbonne allant de Meuse par Fresnoi à la Marche / / Gc8 N429 D429
R.D. embranchement sur le N°11 dans la commune de [Humes?] près Langres et passant par cette région pour aller par [Vougeot? Dittensois? illisible?] et Boudreville vers Chatillon pour aller rejoindre la route de Paris à Dijon[4] / / ?? D159?? D159??
R.D. de Neuchâteau remontant par la rivière du Mouzon par Soulaucour, La Marche et Ische jusqu'à Bourbonne[5] R.D. N°5 de Neufchâteau à Besançon, par Jussey R.D. N°5 de Neufchâteau à Besançon Gc5bis D5 D5
R.D. de Ische par Bourbonne à La Ferté sur Amance, d'où [illisible] le Fayl-Billot, Genevrière et Frettes et de là à Champlitte et à Gray[6] / R.D. N°9 de Dijon à Nancy[7] Gc9bis N460 D460
R.D. N°5 embranchement de la Route de 2ème classe N°74 de Saint-Dizier par Joinville à Chaumont prenant son origine au pont de Donjeux sur la Marne passant le long de la rivière du Rognon par Saucour, Doulaincour, Roche, Rimaucour et Ecot, d'où vers Bourmont. / R.D. N°8 de Donjeux à Rimaucourt Gc8bis N67A D67A
R.D. N°6 embranchement sur la Route de 2ème classe N°... de Nantes à Strasbourg par Wassy et Joinville à droite partant de Thonnance passant par Poissons, Maconcourt et Saucourt où il rejoint le précédent[8] / / / / /
R.D. N°7 embranchement à gauche sur la route N°60 de Nancy à Chaalons sur Saône savoir 1° de St Thiebaut à Bourmont et Graffigny, d'où il rejoint la Route de Neufchâteau à la Marche et à Bourbonne 2° de Bourg-Sainte-Marie à Bourmont[9] / / / D16, D119 D16, D119
R.D. N°8 embranchement sur la communication N°2 de St Dizier à Colombey-les-2-Eglises prenant à Valcourt d'où par Moilan le Bourg d'Eclaron la forêt Nationale du Der elle rejoint à Montierender la route N°... de Nantes à Strasbourg. / R.D. N°11 de Bar-sur-Seine à La Ferté-sur-Aube Gc11 N384 D384
R.D. N°9 branche à droite sur la Route N°60 de Nancy à Chaalons sur Saône commençant entre Langres et Prauthoi à St Michel, allant par Courcelles et Esnom à Chalancey rejoindre celle N°... de Bar-sur-Aube à Dijon [10] / / / / /
R.D. N°10 branche à droite sur la Route N°74 de St Dizier à Chaumont prenant à Provenchères et allant par Cérisieux et Marcheville rejoindre à Blaise la communication N°2 de St Dizier à Colombey / / / D186, D40 D186, D40
/ R.D. N°3 d'Humes à Châtillon, par Langres R.D. N°3 de Langres à Chatillon-sur-Seine ??[11] N428 D428
/ R.D. N°4 de Montiérender à Joinville, par Vassy R.D. N°4 de Brienne à Joinville Gc4bis D4 D4
/ / R.D. N°7 de Saint-Dizier à Bar-le-Duc[12] Gc7bis N401 D635
/ / R.D. N°10 d'Arc-en-Barrois à Chaumont[13] Gc10bis D10 D10, N67
/ / R.D. N°11 de Bar-sur-Seine à La Ferté-sur-Aube[14] Gc11bis D11 D11
/ / R.D. N°12 de Montier-en-Der à Vitry-le-François[15] Gc12bis D12, N384 D12, D384
/ / R.D. N°13 de Joinville à Poissons[16] Gc13bis N427 D427
/ / R.D. N°14 de Dammartin à Fayl-Billot[17] Gc14bis D14 D14
/ / R.D. N°15 de Langres à Auberive[18] Gc15bis N428 D428


Réferences

  1. Date à laquelle elles cessent d'être archivées dans le répertoire départemental
  2. L'ingénieur refuse de prendre la responsabilité de cette route qui ne fait qu'un court crochet par le département
  3. classée en 1824
  4. Route non terminée et passant par la Côte-d'Or. Illisible et introuvable.
  5. L'ingénieur refuse de prendre la responsabilité de cette route qui ne fait qu'un court crochet par le département
  6. Inexistante et peu utile pour l'ingénieur puisqu'elle est la continuation de la précédente
  7. Classée en 1834
  8. Itinéraire jamais réalisé malgré l'importance que lui donne l'Ingénieur
  9. Projet non retenu
  10. Itinéraire jamais réalisé
  11. Le Gc3bis passe par Arc-en-Barrois
  12. Classée en 1820
  13. Classée en 1838
  14. Classée en 1836
  15. Classée en 1847
  16. Classée en 1851
  17. Classée en 1876
  18. Classée en 1881